Seuls avec tous : thème 2019 Qu'est-ce qu'un homme seul avec tous ? L’individu contemporain   Synthèse de documents et écriture personnelle Culture générale et expression

 

Vous avez dit "seuls avec tous" ?

L'intitulé du thème renferme un paradoxe puisqu'il implique simultanément l'idée de solitude (seul) et de compagnie (avec tous). Tout d'abord, cette formule fait écho à l'expression courante "seul contre tous", consacrée par la littérature et le cinéma", et qui renvoie à un rapport conflictuel entre l'individu et la société. Le sens de cette dernière formule est ici inversé grâce au remplacement de la préposition "contre" par "avec". L'intitulé "seul avec tous", pourrait alors signifier le fait d'exister à la fois comme individu singulier et indépendant tout en étant immergé au milieu de semblables avec lesquels on échange des informations, des biens et des services. Ce serait donc exister indépendamment comme être autonome et séparé des autres, sans être toutefois complètement isolé d'eux. Mais "être avec tous" doit-il être compris comme le simple fait d'"être ensemble" tout en étant solitaire ou signifier une présence attentive et solidaire à autrui ? Être ensemble, pourrait signifier simplement se trouver à plusieurs au même endroit, en même temps, comme les passagers d'une rame de métro entre deux stations , mais ce serait négliger le rôle que joue la préposition "avec" dans l'intitulé du thème. Si les deux grands pôles de la formule sont clairement opposés (individualité, solitude/ collectivité, compagnie), la préposition "avec" permet de jeter un pont entre ces deux entités.

Le rapport établi est d'abord celui de la proximité physique et de la coprésence spatiotemporelle (être ensemble), mais la préposition "avec" suggère aussi un lien plus fort, celui de la proximité psychologique et morale (être solidaire), motivée par un choix rationnel. Toutefois, l'expression pourrait suggérer que la solitude peut être un choix réfléchi, qui consiste à prendre une distance avec les autres pour se retrouver, se ressourcer ou pour mieux s'affirmer. La solitude peut également être imposée à un ou plusieurs membres par la société, c'est le cas de la discrimination, de l'exclusion et de la xénophobie, par exemple. "Être seul avec tous", c'est également le cas de l'individu égoïste qui fait passer ses propres intérêts devant ceux de la collectivité. Ainsi, le paradoxe de l'expression pourrait être exprimé comme suit: en société, les individus peuvent être seuls par choix ou par obligation, mais ils peuvent aussi, en tant qu'êtres singuliers, entrer à leur manière, pour une raison ou une autre, dans des interactions  avec les autres. Que faut-il de donc pour s'élever du simple regroupement d'individus solitaires à la société solidaire ? Qu'est-ce qui fait la richesse de la vie au sein de la société?  Parmi les diverses conditions qui permettent de vivre ensemble, lesquelles sont les plus importantes ? 

Se regrouper au même endroit ? 

De nombreux individus peuvent se regrouper au même endroit pour une motivation commune : ils formeront une foule. Ainsi, les spectateurs d'un match de football forment un groupe qui va vivre intensément un moment sportif ; mais, bien qu’ils crient et applaudissent en même temps, bien qu’ils se voient, les individus dans un stade ne forment pas une société d'êtres qui vivent les uns avec les autres et pour les autres ; ils ont des réactions émotives et irréfléchies ; aucune idée ne circule entre eux, il n'y a aucun débat, aucune délibération, aucune décision consciente. C’est pourquoi une foule est imprévisible et dangereuse. Si 'elle est prise de panique, aucun argument rationnel ne pourra contenir son mouvement. Néanmoins, l’opposition entre la raison et l'émotion ne résume pas la vie en société. Celle-ci n'est pas toujours conduite sous le règne de la raison. Bien des comportements sociaux, comme la mode, le rire ou la fête, sont irrationnels. Les traditions sont suivies sans qu’on en connaisse les raisons. Il faut chercher d’autres critères distinctifs.

Appartenir à un peuple?

Des individus partageant des racines historiques communes, ayant les mêmes traditions, la même culture, peuvent former une communauté qu'on appelle un peuple. Lors de moments forts de son histoire, le peuple forme un ensemble très soudé, capable d’accomplir des exploits collectifs. Ainsi parle-t-on du peuple français qui se souleva contre le régime monarchique en 1789, qui repoussa ses ennemis prussiens à Valmv en 1792. Mais, bien qu'ils crient les mêmes slogans et partagent les mêmes valeurs, les membres d’un peuple ne forment pas encore une société. Il manque une organisation commune pour coordonner les tâches et les fonctions politiques ; il faut une administration, bref, un Etat. Le peuple constitue les membres ; l’Etat donne l’organisation ; selon Rousseau, le tout constitue une société, à l’issue du pacte social. 

Cependant, l’opposition entre le mouvement et l’ordre, ou entre la matière brute et la forme, ne suffît pas encore à définir la vie en société, car un Etat est parfois une structure artificielle imposée à des peuples de cultures différentes. Il faut retourner le rapport entre les deux expressions à comparer.

 

 

Être seuls avec tous, est-ce vivre en société? 

On a jusque-là défini l’ensemble au sens mathématique de collection d’éléments juxtaposés. Or, être seuls avec tous, ce n’est pas seulement être regroupés ; c'est aussi partager des expériences, s’accorder dans ses idées, vivre dans la concorde, s’entendre, former un tout solidaire. Dans ce sens fort de la « vie ensemble », les individus forment une communauté aux liens serrés. La société est, justement, l’organisation qui permet la communauté. Dans cette perspective, « être avec tous », « vivre en société » et « vivre ensemble » se recoupent.

Cette nouvelle approche nous montre que la vie en société ne se décrit pas seulement sous ses aspects externes (nombre, espace et temps) mais, surtout, dans son mouvement interne. La société n’est pas qu’une addition de composants ; comme le dit Durkheim, elle est une synthèse originale, comme l’est la vie d’une cellule par rapport à ses composants chimiques. Elle confère autant d’énergie à ses membres que ceux-ci lui en donnent. Vivre ensemble, c’est aussi partager les mêmes idéaux, les mêmes valeurs, communiquer au sens fort du terme. C’est former un corps.

Conclusion :

vivre en société, ce n’est pas seulement se regrouper pour vivre en même temps des événements intenses. C’est métamorphoser un groupe en une communauté qui aura sa vie propre.


Qu'est-ce qu'un homme seul avec tous ?

L’individu contemporain : seul avec tous ou contre tous ?

Culture générale et expression

Méthode synthèse de documents et écriture personnelle

 

Pour aller plus loin: seuls avec tous, thème BTS 2019 

 

 


Qui est en ligne ?

Nous avons 989 invités et aucun membre en ligne